Arboriculture à la Réunion
Nature & agriculture

Retrouvez ici actualités, informations et dossiers thématiques

ayant trait à l'environnement et à l'agriculture.

Le mildiou de l’oignon

Written by Direction de la Protection des Végétaux Modified on the

Classification

Nom commun Ordre / Famille Nom scientifique Plantes / Parties attaquées Localisation
Mildiou Peronospora destructor oignons, échalotes / feuilles, hampes florales Hauts-plateaux, Lac Alaotra, Madagascar

Dégâts et symptômes

Les premiers symptômes se présentent sous forme de taches légèrement plus claires que les parties non atteintes. Elles sont allongées mesurant plusieurs centimètres de long et se trouvent surtout à la partie supérieure des feuilles. Les symptômes particulièrement caractéristiques de la maladie apparaissent surtout de bon matin sous forme d’un duvet gris violet constitué de conidiophores et de conidies. Ce duvet disparaît la pendant la journée ne laissant que des taches de coloration grisâtre. Dès que l’humidité augmente, les organes de fructifications réapparaissent. Les lésions primaires sont souvent envahies par des saprophytes qui leur donnent une coloration noire. Les feuilles attaquées dépérissent très souvent commençant par les feuilles les plus âgées. Le dépérissement atteint par la suite les jeunes feuilles ce qui entraîne une baisse remarquable de rendement en bulbes.

Les bulbes récoltés ont tendance à pourrir rapidement et ont une endurance bien réduite. Les hampes florales sont également attaquées et présentent des lésions qui déterminent la verse des parties supérieures porteuses des ombrelles.

Plantes hôtes

Plante Degré d'infestation
Oignon fort
Echalote fort
Poireau faible
Ciboulette faible

Description

Le mildiou est une maladie provoquée par le champignon Peronospora destructor. La maladie se propage par l’intermédiaire des organes de reproduction asexués du champignon, les sporages, dont la production se fait essentiellement pendant la nuit. Cette sporulation atteint son maximum à des températures ambiantes d’environ 15°C, et elle est fortement réduite à des températures inférieures à 7°C et supérieures à 25°C. La propagation de la maladie est favorisée lors de nuits relativement fraîches, avec environ 11 heures consécutives d’humidité relative à 100%, une abondante formation de rosée et des jours modérément chauds (20°C). Une faible attaque initiale peut - dans de conditions climatiques optimales – s’étendre sur tout le champ en très peu de temps. La germination des conidies se fait en présence d’eau à l’état liquide sur les feuilles ou lorsque l’humidité relative est de 100 %. La conidie produit alors des tubes germinatifs qui pénètrent dans les feuilles à travers les stomates. L’incubation, c’est-à-dire le temps qui s’écoule entre l’infection et l’apparition de premiers symptômes peut durer jusqu’à 14 jours.

Modes de contamination

L’attaque débute en général par des débris végétaux laissés aux champs ou à leur proximité. Elle apparaît d’abord en foyer.

Facteurs à risques

Température ambiantes entre 10 et 15°C, fortes rosées.

Pays de rédaction

Madagascar

Méthode de lutte

Voir toutes les fiches phyto-description