Bandeau Formation & éducation
Formation & éducation

Professionnels de l'agriculture, étudiants, ou simples curieux,

(in)formez-vous et échangez sur cet espace !

Plus de letchis réunionnais exportés en 2008, mais l'ananas reste en tête

Rédigé par Administrateur Modifié le

Partager :
  • Letchis Bali Planteur.
  • Ananas Victoria.

*La stratégie d'exportation semble se heurter au coût du fret aérien qui a fortement augmenté fin 2007 et début 2008. Pour pallier cette hausse sans augmenter le coût des fruits, les exportateurs ont favorisé l'envoi de gros volumes afin d'amortir les frais d'expédition.

L'ananas reste le fruit le plus exporté, malgré le fléchissement enregistré encore cette année : 1 372 tonnes ont quitté la Réunion, contre 1 479 tonnes l'année dernière et 1 650 tonnes
en 2006. Ainsi, environ 10 % de la production totale d'ananas de l'île est exportée. La production semblait prometteuse en début d'année, pourtant, elle a été ralentie par la sécheresse
du mois d'avril responsable des petits calibres et par l'arrivée précoce de l'hiver. Il y a aussi eu des problèmes ponctuels d'ordre qualitatifs (taches noires, petite couronne). Ces aléas
de production rencontrés ont entraîné un recul des exportations.
L'ananas Victoria réunionnais est présent tout au long de l'année sur les marchés de l'hexagone, il est relativement épargné par la concurrence car il se commercialise sur un marché
moins compétitif : celui du haut de gamme Label Rouge. Nous le retrouvons à 4,00 euros le kilo en moyenne annuelle au départ de Rungis (prix minimum à 3,85 euros le kilo enregistré
en décembre/janvier et prix maximum à 4,30 euros en mai). L'Ananas Victoria mauricien est coté entre 3,00 et 3,80 euros le kilo au même stade de commercialisation (stade grossiste
détaillant départ Rungis).

Excellente campagne pour le letchi, les tonnages à l’export progressent de + 37 % passant de 246 tonnes en 2007 à 337 tonnes en 2008 (chiffres enregistrés en année civile n’incluant pas le mois de janvier 2009). La saison, qui a commencé deux semaines en avance, a été caractérisée par une production estimée à plus de 8 000 tonnes. Cette embellie à l'export est essentiellement liée à une stratégie de commercialisation basée sur un prix fixe tout au long de la campagne pour un fruit pourtant soumis à une très forte variation de prix sur une courte période. La mise au point de procédés de conditionnement maintenant la fraîcheur des fruits pendant deux à trois semaines a permis de grouper les volumes d'envoi. Ceux-ci restent néanmoins pénalisés par la très forte demande en fret aérien en fin d'année.
En métropole, les premiers arrivages de letchis branchés se situent mi-novembre en provenance de Maurice à 10,00 euros le kilo sur le marché de Rungis, en même temps que les fruits
malgaches égrenés souffrés, donc peu comparables, cotés à 6,50 euros. On enregistre les premiers envois (avion) sud africains (letchis égrenés souffrés) fin novembre à 4,50 euros le kilo.
Le marché du litchi branché et bouquets reste l'apanage de l'Ile Maurice et de La Réunion. Le letchi labellisé réunionnais, très attendu par les grossistes, est arrivé sur le marché de Rungis le 25 novembre 2008. Notre fruit tient une belle place face à la concurrence mondiale et est considéré comme une marchandise de qualité trouvant facilement preneur sur un marché
haut de gamme comme pour l'ananas Victoria. Il s'écoule aisément à 7,00 euros le kilo, dès son arrivée, puis se négocie à 6,80 euros en moyenne les semaines suivantes. Son prix fait un bon de 30% en quelques jours en toute fin d'année pour atteindre un pic à 8,80 euros le kilo (ceci étant lié à l'augmentation du coût du fret aérien).

L'exportation des fruits de la passion a été réduite de moitié cette année, 51 tonnes ont été enregistrées au départ de la Réunion en 2008 contre 96 tonnes en 2007. Ce déclin est lié à
la présence simultanée de deux virus sur les parcelles de fruits entraînant le dépérissement et le non-renouvellement des plantations en raison de cette menace. Le déficit en fruits est également ressenti sur le marché local. Le fruit de la passion réunionnais est donc peu représenté sur les marchés de l'hexagone et son prix prohibitif (jusqu'à 13,50 euros
le kilo) est un frein supplémentaire au commerce face à la concurrence mondiale.

Enfin, concernant l' exportation de mangues, 110 tonnes ont été enregistrées en 2008 (chiffres de l'année civile ne tenant pas compte de janvier 2009), contre 123 tonnes lors de la précédente campagne. La récolte 2008 a été bonne et estimée à près de 4 000 tonnes, les données de janvier 2009 confirmeront une progression des tonnages pour la campagne 2008/2009.

Source : Agreste Réunion - Données agricoles et rurales - avril 2009

See all articles