Au pôle de protection des plantes (Réunion)
Science & recherche

Chercheurs, faites connaître vos travaux sur l'océan Indien et 
partagez vos connaissances dans cet espace !

La Clinique du Végétal monte en grade

Written by Shannti Dinnoo Modified on the

  • Clinique du Végétal FDGDON © Cirad - Shannti Dinnoo
  • Janice Minatchy © Cirad - Shannti Dinnoo

En décembre dernier, la Clinique du Végétal de la FDGDON Réunion [1] a obtenu l’accréditation relative à la norme ISO/CEI 17025 des laboratoires d’analyse et d’essai suite à un audit du Comité français d'accréditation ( Cofrac). Cette démarche s’inscrit dans une stratégie d’ouverture et de reconnaissance internationale du travail de la Clinique du Végétal pour répondre aux besoins des administrations et des entreprises.

Gage de qualité, cette accréditation est issue d’une procédure longue et rigoureuse entamée en 2010. Un laboratoire peut être accrédité s’il a les “compétences pour respecter les exigences d’un référentiel normatif reconnues par un organisme accréditeur”, en l’occurrence le Cofrac. Comme le souligne Janice Minatchy, responsable de la Clinique des Plantes: «Pour correspondre à la norme, il faut prouver que l’on peut la respecter, prouver que les échantillons restent intègres du début à la fin de la procédure d’analyse et prouver que l’on est dans un dispositif d’amélioration continue : on ne reste pas sur nos acquis mais on vise l’excellence». Pour l’instant, cette accréditation porte sur la détection de virus de quarantaine par des techniques de sérologie ELISA (CMV sur bananier, PepMV sur tomate) et de biologie moléculaire (BBrMV sur bananier). La clinique est accréditée pour une durée de quatre ans avec un audit prévu chaque année afin de s’assurer que les pratiques au sein du laboratoire restent bien conformes à la norme.

Pionnière dans l’océan Indien

La Clinique du Végétal rejoint donc le réseau français des laboratoires agréés susceptibles de répondre aux demandes d’analyses officielles émanant de l’Organisation nationale de la protection des végétaux et des Directions de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt ( DAAF). Après le Laboratoire Départemental d’Analyses de Martinique, la Clinique devient le second laboratoire en santé végétale agréé pour les DOM et pour le sud ouest de l’océan Indien[2]. Le laboratoire peut donc désormais répondre aux demandes à l’international de prestations d’analyses comprises dans son champ de compétences car, grâce aux accords multilatéraux dont le Cofrac est signataire, une accréditation obtenue en France peut être reconnue en Europe et dans le monde entier.

Depuis 20 ans, la Clinique du Végétal - anciennement Clinique des Plantes - œuvre dans une optique de protection des végétaux. Elle est ouverte à toute personne confrontée à un problème phytopathologique. Elle répond aux questions: «Qu’est-ce qui attaque mes cultures? Pourquoi ma plante est malade?», et ce par deux approches: le diagnostic et le conseil phytosanitaires. «La Clinique du Végétal va agir tel un laboratoire d’analyses médicales, mais pour les plantes. Comme chez un docteur, une fois la maladie diagnostiquée, il faut faire une ordonnance.» Tout au long de l’année, le laboratoire analyse tous les organismes pathogènes présents sur les cultures fruitières, légumières, ornementales ou autres et y apporte ensuite la stratégie de lutte la mieux adaptée et la plus respectueuse de l’environnement.

[1] Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles.

[2] Après le laboratoire des pathologies des plantes du FAREI à l'île Maurice.

See all articles