Au pôle de protection des plantes (Réunion)
Science & recherche

Chercheurs, faites connaître vos travaux sur l'océan Indien et 
partagez vos connaissances dans cet espace !

Grand-messe de la protection des cultures à St Pierre de la Réunion (3P)

Rédigé par Administrateur Modifié le

Partager :
  • Ouverture du 6e comité de pilotage du PRPV au Pôle de protection des plantes à St Pierre.

Améliorer, en qualité et en quantité, la production horticole régionale pour assurer l’approvisionnement des marchés régionaux et ouvrir des débouchés à l’exportation : c’est l’objectif ambitieux du Programme Régional de Protection des Végétaux (PRPV). Son dernier comité de pilotage a eu lieu cette année au Pôle de protection des plantes (3P) à St Pierre les 29 et 30 novembre 2007.

Le PRPV réunit les Comores, Madagascar, Maurice, la Réunion, et les Seychelles. Démarré en 2003, le programme entame en 2008 sa dernière année de fonctionnement.

Parmi les réalisations marquantes du programme, qui promeut une agriculture respectueuse de l’environnement et de la santé du consommateur, on peut citer :

1. La création d’un réseau de protection des végétaux à l’échelle régionale : www.prpv.org

2. L’harmonisation des législations phytosanitaires

Tous les pays membres de la COI sont désormais adhérents à la Convention Internationale de Protection des Végétaux (CIPV) et respectent les normes phytosanitaires internationales. Cela au bénéfice d’échanges horticoles plus sûrs (minimisant les risques d’introduction d’organismes nuisibles aux cultures) dans la région et vers l’Europe.

3. Des avancées dans le domaine du contrôle de la qualité des produits horticoles

  •  Un test de détection simultanée des principales maladies de la pomme de terre a été mis au point par le Cirad à la Réunion (3P) en collaboration avec le MSIRI de Maurice. Un outil important pour garantir la qualité sanitaire des lots de pommes de terre exportés.
  •  Des analyses de résidus de pesticides sur tomate sont en cours. Les 1ers résultats, pour les Comores, Madagascar, Maurice et les Seychelles, montrent que les limites maximales de résidus (LMR) sont respectées, mais que des traces de produits non homologués sont présentes.

4. La mise en place d’une méthode de lutte biologique contre l’aleurode du cocotier

Elaborée par le Cirad à la Réunion en collaboration avec l’INRAPE (Comores), cette méthode a permis d’augmenter la production de noix de coco, qui avait fortement souffert de ce ravageur.

5. La formation de 700 professionnels de la protection des cultures dans la zone

Parmi les formations dispensées par les professionnels de la Réunion : inspection phytosanitaire aux frontières, collecte et reconnaissance des organismes nuisibles, diagnostic moléculaire, bonnes pratiques expérimentales et traitement statistique des données, utilisation du réseau PRPV, ...

Qui finance le PRPV ?

Le PRPV est financé par le Fonds Européen de Développement (FED) à hauteur de 4,85 millions d'euros et par la Réunion (Etat, collectivités territoriales et Fonds Européen de Développement Régional) à hauteur de 1,24 millions d'euros. Sa mise en oeuvre est assurée par la Commission de l’Océan Indien (COI).

Qui étaient présents à l'ouverture du comité de pilotage ?

Quatre représentants (recherche, vulgarisation agricole, service de protection des végétaux, organisation de producteurs) de chaque pays, des représentants de la Commission européenne, de la Commission de l’Océan Indien (COI), de l’Etat (DAF) et des collectivités locales étaient présents, ainsi que des professionnels horticoles.

See all articles