Arboriculture à la Réunion
Nature & agriculture

Retrouvez ici actualités, informations et dossiers thématiques

ayant trait à l'environnement et à l'agriculture.

Méthode de lutte contre la maladie des taches noires du manguier

Modified on the

Lutte intégrée

La lutte intégrée contre la maladie des taches noires combine des mesures prophylactiques, des pratiques culturales adaptées, une lutte chimique et l’utilisation de cultivars adaptés.

Mesures prophylactiques et chimiques : voir plus bas.

Pratiques culturales adaptées :

 

  •  Prohiber l’irrigation par aspersion. Favoriser le goutte à goutte aux microasperseurs.
  •  Encourager la plantation de haies brise-vent autour et dans les vergers en recommandant si possible que ceux-ci soient installés bien antérieurement aux manguiers. Prohiber l’utilisation d’anacardiacées comme brise-vent.
  •  Faire un suivi agronomique approprié (fumure, irrigation) des haies brise-vent.
  •  Former les arbres lors de la taille de telle manière à favoriser la meilleure aération et le meilleur ensoleillement de la frondaison.

 

Cultivars adaptés :

Deux stratégies peuvent être utilisées : échappement et résistance partielle.

 

  •  Echappement : on utilise le(les quelques) cultivar(s) le(s) plus précoce(s) à la condition (non applicables dans toutes les zones) qu’il(s) puisse(nt) être récolté(s) avant le début de la saison des pluies. C’est par exemple la stratégie qui a conduit à l’utilisation massive à la Réunion du cv. Cogshall (récolte novembre-décembre et début de la saison des pluies courant janvier).
  •  Résistance partielle : pour les cultivars plus tardifs et dans les zones où il existe un risque marqué d’épidémies (niveaux importants d’inoculum, régions concernées par les dépressions tropicales), il est recommandé d’utiliser des cultivars partiellement résistants. A la Réunion, les travaux de recherche menés ont montré le bon niveau de résistance partielle des cvs. Sensation et Heidi.

Lutte prophylactique

 

  •  Exercer une surveillance approfondie des pépinières et prohiber la plantation de plants porteurs de symptômes foliaires (fréquent) ou de chancres sur rameaux .
  •  Ne jamais conduire d’opérations d’entretien lorsque la frondaison est mouillée.
  •  Organiser les opérations d’entretien de telle manière que l’entretien de parcelles saines soit mené séparément de celui de parcelles fortement malades.
  •  Dans les vergers malades, procéder régulièrement à l’élimination par la taille (désinfection des outils de taille !) à l’élimination des pousses fortement malades. Ces pousses doivent être sorties du verger et brûlées.
  •  Lors des opérations de taille (formation et entretien), supprimer tous (ou le maximum si niveaux de maladie importants) les rameaux malades. Supprimer impérativement tous les rameaux porteurs de chancres (la bactérie peut y survivre pendant des périodes allant jusqu’à cinq ans). Les branches taillées doivent être sorties du verger et brûlées.

Lutte chimique

 

  •  A base de sels de cuivre. Bien prendre conscience de leur efficacité modeste. Pas de différences marquées d’efficacité entre formulations. Exemples de dosage dans le tableau ci-dessous.

 

  •  En l’état actuel des connaissances, il n’est pas recommandé de traitements d’hiver. Les traitements sont ciblés sur fruits, doivent être hebdomadaires, débuter 6 à 8 semaines avant récolte (délai avant récolte du cuivre 21 jours dans la réglementation européenne).

Pays de rédaction

France-Réunion