Arboriculture à la Réunion
Nature & agriculture

Retrouvez ici actualités, informations et dossiers thématiques

ayant trait à l'environnement et à l'agriculture.

Méthodes de lutte contre les mouches des fruits à la Réunion

Modified on the

Lutte prophylactique

Ramasser et détruire les fruits piqués : mettre les fruits dans des sacs plastiques ou sous une bâche entreposés au soleil pendant quelques jours. La chaleur détruira les larves. A défaut, traiter les fruits au sol en pulvérisant un insecticide à base de diazinon (CHIMAC DIAZO, 120 ml / 100 l). Eviter la présence à proximité des cultures des plantes hôtes abritant des mouches des fruits : bringelliers (pour C. rosa), piments, tamariniers (pour C. capitata).

Liste des luttes chimiques

Spécialité commerciale (matière active) Dose Délai d'emploi avant récolte Cultures Observations
TALSTAR FLO** ou TALSTAR EC** (bifenthrine) 38 ml 7j Traitement en plein sur espèces autres qu'agrumes et mangues. Durée d'efficacité du traitement : 10 jours.
INSECTES CHOC POLYVALENT* (KIROS JARDIN-FERTILIGENE) (bifenthrine ) 1.5 l 7 j Traitement en plein sur espèces autres qu'agrumes et mangues. Durée d'efficacité du traitement : 10 jours.
INSECTICIDE CHOC *(FENTRYN - CAPISCOL) (bifenthrine ) 1 l 7 j Traitement en plein sur espèces autres qu'agrumes et mangues. Durée d'efficacité du traitement : 10 jours.

Lutte biologique

Un parasitoïde ovo-pupal (il pond dans les œufs et émerge de la pupe de son hôte) de mouches des fruits, Fopius arisanus, fait actuellement l’objet d’une tentative d’acclimatation à La Réunion, menée par le CIRAD. Il se développe préférentiellement sur B. zonata et, si l’acclimatation réussit, il devrait contribuer à entraîner une diminution des populations naturelles de cette espèce.

Commentaires

* = utilisable aussi en jardins

**=usage strictement professionnel

Autres informations et recommandations :
Les travaux sur la distribution actuelle des espèces montrent que B. zonata devient rare au-dessus d’une certaine altitude (environ 700 m). En fonction de l’altitude du verger, deux situations peuvent donc se présenter :

  • En dessous de 700 m, on peut rencontrer les 3 espèces de mouches en mélange. L’espèce dominante sera fonction de la culture, de l’altitude et des facteurs du climat.
  • Au dessus de cette altitude, les dégâts sont surtout dus à C. rosa

Le piégeage sexuel peut permettre de surveiller l’évolution des populations des différentes espèces de mouches. On peut utiliser un piège cylindrique en plastique (modèle « Addis ») muni de 4 ouvertures latérales circulaires. Le piège est appâté avec un diffuseur d’attractif sexuel attirant spécifiquement les mâles : trimedlure dans le cas des cératites, méthyl-eugénol pour B. zonata. Dans les vergers de basse et moyenne altitude, il est donc conseillé de disposer dans le verger au moins un piège de chaque type pour surveiller les deux genres de mouches. Avant l’arrivée de B. zonata, on utilisait un seuil d’intervention fixé à 25 mâles / piège / semaine. Dans l’attente d’un nouveau seuil tenant compte de la présence de la nouvelle espèce, on peut considérer dans un premier temps qu’il y a danger pour la culture lorsque la somme des captures dans les deux pièges (un au trimedlure, un au méthyl-eugénol) atteint 25 mouches / semaine. Dans les vergers situés au-dessus de 700 m, le piégeage sexuel peut se faire avec seulement le trimedlure.

Comment traiter par taches ?
Ce traitement est efficace pour les différentes espèces de mouches, sur agrumes et manguiers. Il réduit les risques de pollution de l’environnement, respecte l’activité de la faune auxiliaire et présente un coût avantageux.

  • Traiter une petite surface du feuillage (0,5 m2) en évitant de mouiller les fruits jusqu’à ruissellement de la bouillie.
  • Traiter chaque arbre portant des fruits.
  • Renouveler l’opération chaque semaine.

Pays de rédaction

France-Réunion