Bandeau_EPIBIO Accéder au portail Bio & Agri

LOGO PRPV

Programme Régional de Protection des Végétaux

Rédigé par Sophie Della Mussia Karine Payet-Lebourges Modifié le

Partager :

Le PRPV est l'un des 5 grands réseaux animés par le Cirad dans l'océan Indien.

Ces réseaux sont pilotés dans le cadre de la Plateforme Régionale de Recherche en Agronomie pour le Développement ou Prerad. En son sein, le Programme Régional de Protection des Végétaux (PRPV) est centré sur la santé végétale et la biodiversité.

Les autres réseaux sont : Arche_net qui porte sur l’élevage, One Health-OI sur la santé animale et humaine, Germination sur les ressources génétiques et QualiREG sur la qualité des aliments.

Objectifs du PRPV

Le PRPV a été mis en place pour épondre à deux objectifs principaux :

  1. promouvoir et développer la coopération opérationnelle, scientifique et technique entre les États de la région en matière de protection phytosanitaire des végétaux, et
  2. soutenir l'accroissement des échanges commerciaux de produits horticoles entre les pays et vers l'extérieur, mais aussi accroître sensiblement le niveau de vie des agriculteurs concernés.

Mission du PRPV

Pour atteindre ses objectifs, le PRPV se donne pour mission de :

  • créer puis soutenir un réseau de partenaires pour la protection des végétaux de l'océan Indien,
  • harmoniser les législations phytosanitaires,
  • contrôler la qualité des produits végétaux et des produits phytopharmaceutiques,
  • faire de la recherche appliquée (de l'expérimentation des produits phytopharmaceutiques aux méthodes de lutte alternative), et
  • assurer appui, conseil et formation auprès des producteurs et des autres acteurs du secteur de la protection horticole.

Projets du PRPV

EpiBio-OI et ePRPV

La mission du PRPV est mise en action à travers le projet EpiBio-OI sur la période juillet 2015 à décembre 2020, et, avant lui, le projet ePRPV de janvier 2003 à juin 2015. Ces projets visent à connaître et gérer de manière agro-écologique les espèces utiles et nuisibles (agriculture) ou envahissantes (environnement) dans la zone sud-ouest de l'océan Indien et y protéger la biodiversité.

EpiBio-OI et ePRPV répondent à des besoins forts exprimés par les acteurs des filières agricoles et des acteurs de l’environnement (forêt, eau, biodiversité et bioénergie) dans l’océan Indien.

Problématique de lancement

Bien qu’on puisse identifier des contraintes tant au niveau de la production qu'au niveau commercial, les professionnels de la région ont cité les problèmes phytosanitaires comme les plus importants à résoudre dans le cadre du développement durable de l’horticulture régionale. Ils ont souligné surtout que, dans les conditions régionales, les cultures sont soumises à une pression parasitaire quasi permanente et que la lutte contre les organismes nuisibles manque régulièrement d’efficacité. A cela, les professionnels ont relevé :

  •  une communication insuffisante entre opérateurs,
  •  la difficulté d’application des réglementations souvent très différentes entre les pays de la COI,
  •  la difficulté d’identifier les organismes nuisibles,
  •  l’inefficacité, voire au danger, des traitements avec des produits phytopharmaceutiques,
  •  l’efficience insuffisante des services d’appui conseil,
  •  des cas de non-conformité des produits phytopharmaceutiques vendus aux utilisateurs.

Pour résoudre ces problèmes, les états membres de la COI se sont entendus pour mettre en place le PRPV sur financement du fonds européen de développement (FED). Le programme a officiellement démarré en 2003 pour améliorer les niveaux quantitatifs et qualitatifs des productions horticoles pour assurer, en priorité, l’approvisionnement des marchés régionaux et dans la mesure du possible, ouvrir des débouchés à l’exportation.

Financements

EpiBio-OI et ePRPV sont soutenus par le programme InterReg V de l’Union européenne, cofinancé par la Région Réunion, le Fonds de Coopération Régionale de l’Etat français et le Cirad.

La Prerad est cofinancée par l'Union européenne (Feder Interreg V) et la Région Réunion, sous l'égide de la la Commission de l'océan Indien (COI).