Bandeau_EPIBIO Accéder au portail Bio & Agri

La menace du grand gecko vert malgache

Rédigé par David Josserond Shannti Dinnoo Modifié le

Partager :
  • Phelsuma grandis - Grand Gecko vert de Madagascar © NOI - Mickael Sanchez
  • Phelsuma inexpectata - Gecko de Manapany © Cirad - David Josserond

Dr Steeves Buckland[1], chercheur au National Parks and Conservation Service (NPCS) de Maurice et à l’université de Bristol, lançait récemment un véritable cri d’alarme contre une espèce invasive désormais bien identifiée sur l’île et qui menace sa biodiversité : le grand gecko vert de Madagascar (Phelsuma grandis).

À l’instar du gecko vert de Manapany ou du gecko vert Bourbon à la Réunion, les geckos endémiques de l’île Maurice doivent faire face à un envahisseur de taille avec le grand gecko vert de Madagascar ou « Madagascar giant day gecko ». Introduit par le commerce d’agrément au début des années 90 sur les îles sœurs, le gecko vert de Madagascar s’est depuis largement répandu et poursuit son expansion pour aujourd’hui représenter une menace majeure pour la biodiversité endémique et la faune locale des deux îles.

Se nourrissant des mêmes ressources alimentaires et occupant le même habitat que les geckos indigènes, le gecko vert malgache en est également un prédateur direct. A ce titre, Steeves Buckland semble vraiment « craindre le pire dans les 10 ou 20 prochaines années », si aucune méthode de lutte adaptée n’était rapidement trouvée. D’après lui, des études montreraient en effet un « impact drastique du gecko vert malgache sur la biodiversité locale, entrainant un déclin de certaines espèces allant jusqu’à 90 % » dans plusieurs zones d’étude du territoire mauricien.

Extrait de l'entretien avec Steeves Buckland pour Nature Océan Indien ( NOI) :

Pour rappel, des plans de lutte et des mesures de gestion adaptées ont ainsi été lancés sur l'Île de la Réunion en 2013 pour faire face au grand gecko vert de Madagascar, combinant à la fois actions de contrôle (avec le maintien d’une densité ou d’une aire de distribution acceptable) mais aussi actions d’éradication via plusieurs méthodes de captures (manuelle, par piégeage, etc.).

- Sur le même sujet, retrouvez ici le plan Régional de Lutte contre le grand gecko vert de Madagascar, Phelsuma grandis Gray 1870, sur l’île de La Réunion : www.especesinvasives.re.
- La vidéo de sensibilisation de Nature Océan Indien sur la chaîne youtube BioAgri.
- La lutte continue contre les espèces invasives à la Réunion [ Terres d'ici - Antenne Réunion].


[1] Dr Steeves Buckland participe depuis septembre 2014 au projet « Modélisation et prédiction de la distribution d'espèces invasives dans les Mascareignes » au sein de l'UMR PVBMT du Pôle de Protection des Plantes (Cirad - Université de La Réunion).

Liste complète des articles